Accueil - Ce que nous faisons - Publications - Entretiens de fond

Interview : "Un peu plus d'esprit pionnier serait le bienvenu".

26 janvier 2022

Duy Nguyen, Medical Data Scientific Specialist de Lausanne, a représenté le fmc en octobre 2021 lors d'un voyage d'étude de trois jours aux Pays-Bas pour de jeunes professionnels de la santé. Le Bundesverband Managed Care BMC d'Allemagne a organisé le voyage. Duy Nguyen nous fait part ici de ses impressions. Ce qui l'a le plus impressionné, c'est la force d'innovation du système de santé néerlandais.

Monsieur Nguyen, que faites-vous exactement dans la vie ?

Je suis spécialiste des données médicales et travaille pour HCI Solutions AG à Berne. HCI Solution développe et entretient des logiciels pour les hôpitaux et les pharmacies. Mais je suis aussi pharmacien de formation et je travaille à temps partiel environ un jour par semaine dans une pharmacie fribourgeoise.

C'est une qualification professionnelle inhabituelle

Peut-être que si. Cela me donne un bon aperçu du système de santé et me permet d'être en contact avec les utilisateurs. Je sais par exemple ce que fait un pharmacien sur place et quels sont ses besoins informatiques au quotidien, ce qui me permet de l'aider à développer ses outils informatiques. Cela me plaît beaucoup.

En octobre dernier, vous vous êtes rendu à Amsterdam pour la fmc. Quel était le thème de ce voyage d'étude ?

Il s'agissait d'innovations dans le système de santé, en mettant l'accent sur la technologie et les soins intégrés dans les soins de longue durée.

Sans entrer directement dans ces termes : De manière générale, qu'est-ce qui vous a le plus impressionné ?

Il y a beaucoup de points communs entre les systèmes suisse et néerlandais, mais aussi beaucoup de différences. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est la force d'innovation du système de santé néerlandais. Il faut citer la formation innovante. Déjà au niveau de la formation, on a aux Pays-Bas une offre beaucoup plus large que nous en Suisse. Chez nous, la médecine, la pharmacie et les soins sont enseignés de manière isolée. Aux Pays-Bas, on pense en réseau dès le début. La collaboration interdisciplinaire y existe dès les études. Les étudiants peuvent ainsi choisir parmi beaucoup plus de combinaisons de matières. Cela marque toute la culture et la volonté de considérer la santé, la médecine et les aspects sociaux de manière globale.

Qu'avez-vous remarqué d'autre ?

J'ai également été frappé par la modernité de l'infrastructure dans tous les domaines. On y travaille à un niveau très avancé. D'une manière générale, je dirais que toute la culture des soins de santé aux Pays-Bas est moderne et progressiste. On sent qu'ils ont déjà fait quelques pas en avant. La santé n'est pas seulement comprise de manière clinique, mais elle inclut également le domaine social.

Pouvez-vous donner un exemple ?

Prenons la version néerlandaise des soins à domicile. Alors que chez nous, seules les prestations cliniques telles que les soins et l'approvisionnement sont facturées, aux Pays-Bas, on rembourse également les aspects sociaux comme une conversation autour d'un café. Un autre exemple est la pensée hiérarchique que nous cultivons encore en Suisse. Le corps médical y est au-dessus de tout le reste. C'est différent aux Pays-Bas. Là-bas, par exemple, un médecin, un infirmier et un spécialiste en informatique se rencontrent sur un pied d'égalité.

Ces caractéristiques culturelles ont-elles des répercussions dans d'autres domaines ?

Oui, par exemple dans la collaboration entre l'industrie et les institutions telles que les hôpitaux ou les établissements de soins. Il y a là une coopération ouverte et étroite. Par exemple, les entreprises envoient leur personnel dans les hôpitaux pour former les spécialistes à leurs appareils et optimiser leurs processus de soins. C'est la CIP vécue. Chez nous, en revanche, tout semble beaucoup plus fragmenté.

Que souhaitez-vous pour le système de santé suisse ?

Dans les domaines doux : Elle devrait être davantage orientée vers les personnes et leurs besoins. Et ne pas mettre l'accent sur les résultats mesurables comme une industrie pure. Plus de qualité que de quantité, moins de technocratie et plus de temps pour l'être humain, cela nous ferait du bien à tous.

Et techniquement, dans les domaines "durs" ?

La numérisation doit aller de l'avant. Exemples : le dossier électronique du patient (ePD) comme une sorte de Dropbox pour les données de santé du patient, l'e-ordonnance au lieu des feuilles de papier. Ou encore la simple réservation numérique de rendez-vous, au lieu de demander encore au cabinet médical par téléphone, ce qui est compliqué. Le monde moderne est aujourd'hui connecté et le secteur de la santé doit l'être davantage. Pour cela, les deux parties doivent être plus ouvertes, le système et les utilisateurs.

Quelles sont les impressions au niveau méta que vous avez eues aux Pays-Bas ?

Je le dis de manière un peu provocante : le statu quo chez nous est confortable. Peut-être que la Suisse, riche et orientée vers le profit, pense qu'elle ne doit pas changer rapidement. Les gens ici sont plus introvertis que les Néerlandais. Là-bas, on sent un esprit pionnier, pas chez nous. Cela rend le changement plus difficile. Nous devrions être plus mobiles et plus dynamiques.

Monsieur Nguyen, nous vous remercions pour cette interview.

Séverine Schusselé Filliettaz

Courrier électronique : severine.schussele@fmc.ch
Linkedin : Séverine Schusselé Filliettaz 

Les soins intégrés font partie des réponses à la question de la durabilité des systèmes de santé. En tant que membre de la fmc, je peux contribuer à la réflexion et aux solutions.

Séverine Schusselé Filliettaz est infirmière de formation, titulaire d'un master en santé publique et d'un doctorat sur le thème des soins intégrés en Suisse.

Depuis une dizaine d'années, Schusselé Filliettaz dirige des projets de soins intégrés en Suisse romande sur différents thèmes, notamment l'interprofessionnalité, la gestion des soins, le financement, le dossier patient électronique.

Elle collabore avec le fmc depuis 2015, entre autres pour l'enquête suisse sur les soins intégrés et pour les différents matériaux de réflexion du fmc

Ursula Koch

Email : ursula.koch@fmc.ch
Linkedin : Ursula Koch

Mon engagement en faveur des soins biopsychosociaux intégrés est le fil conducteur de mon parcours de vie. Des soins fragmentés ne répondent pas aux besoins globaux des personnes et aux multiples composantes de la santé. Des soins efficaces et axés sur la personne présupposent Collaboration interprofessionnelle ainsi qu'une action bien coordonnée. C'est pour cela que je m'engage !  

Ursula Koch, PhD, FSP Psychologie de la santé connaît le système de santé par la pratique, la science et la politique.

Au cours des 15 dernières années, elle a occupé divers postes de direction dans le secteur de la santé, notamment en tant que responsable du programme de santé mentale dans le canton de Zoug, en tant que chef de division "Maladies non transmissibles" à l'Office fédéral de la santé publique et en tant que membre de la direction de la Ligue suisse contre le cancer.

En plus de son master en psychologie, elle a un master en développement organisationnel & coaching, une formation en gestion des associations et un PhD en recherche sur les soins.

En fin de compte, elle s'est également intéressée de près aux soins de santé dans le cadre de la "Harkness Fellowship in health care policy and practice" à la Harvard Medical School (États-Unis).

Outre le fmc, elle s'engage en tant que membre du comité de la Société suisse pour la politique de la santé (SSPS) et en tant que directrice du Zentrum Inselhof à Zurich pour une prise en charge centrée sur le patient et le développement du système de santé.

Susanne Hochuli

Courrier électronique : susanne.hochuli@spo.ch

Les soins intégrés sont essentiels pour que le patient soit réellement au centre des soins.

Susanne Hochuli a été conseillère d'Etat du canton d'Argovie pendant huit ans, responsable du département de la santé et des affaires sociales. Durant cette période, elle a représenté le canton d'Argovie au sein du comité directeur de la Conférence des directeurs de la santé (CDS) et a été vice-présidente de l'organe de décision de la médecine hautement spécialisée (MHS).

Elle est actuellement présidente de l'Organisation suisse des patients OSP et de Greenpeace, et s'engage en outre dans le projet écosocial weltweit-essen.ch.

Urs Hepp

Email : hepp@hin.ch
Linkedin : Urs Hepp

Les soins intégrés sont la condition sine qua non d'un système de santé et d'aide sociale de qualité et rentable. La polymorbidité et les maladies chroniques sont de plus en plus fréquentes, et l'interaction entre tous les acteurs est alors cruciale. Les interfaces doivent devenir des points de jonction.

Urs Hepp est spécialiste en psychiatrie et en psychothérapie. Il a obtenu son habilitation en 2017 et est professeur titulaire à l'université de Zurich depuis 2014. De 2016 à 2021, il a été directeur médical de l'Integrierte Psychiatrie Winterthur - Zürcher Unterland (ipw), auparavant médecin-chef / membre de la direction des Psychiatrische Dienste Aargau AG (PDAG).

Depuis 2022, il est indépendant avec la société hepp-health GmbH, spécialisée dans la santé mentale publique, les soins intégrés, la psyché et le travail ainsi que la psychiatrie de consultation et de liaison. Il est engagé dans l'enseignement et la recherche.

Il occupe la présidence du conseil d'administration de WorkMed AG ainsi que plusieurs mandats au sein de conseils de surveillance. Il est coprésident de la Société suisse de psychiatrie et de psychosomatique de consultation et de liaison (SSCLPP) et vice-président de la Commission nationale de prévention de la torture CNPT.

Recherche : recherche sur les soins, santé mentale publique, prévention du suicide

Activité d'enseignement : Public Mental Health, médecine psychosociale, psychothérapie systémique

Barbara Gysi

Barbara Gysi, diplômée en pédagogie sociale & MAS Public Management, est conseillère nationale depuis 2011 et vice-présidente de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N). Elle a contribué de manière déterminante à l'initiative sur les soins. Elle a contribué de manière déterminante à l'initiative sur les soins.

Outre son siège au Grand Conseil saint-gallois, elle a siégé pendant 12 ans à l'exécutif de la ville de Wil SG, où elle a notamment développé les soins de longue durée stationnaires et ambulatoires, les a réunis sous un même toit en collaboration avec d'autres communes et a pu installer une plaque tournante et un centre de conseil (www.thurvita.ch). En tant que pédagogue sociale et assistante sociale, elle travaillait déjà avec des approches systémiques. Les soins intégrés sont un élément important pour des soins de meilleure qualité et moins chers, au bénéfice des patients.

Caroline Gurtner

Courrier électronique : caroline.gurtner@bfh.ch
Linkedin : Caroline Gurtner

Les patients apportent une expertise pertinente dans la gestion de leur maladie et peuvent ainsi apporter une contribution importante à la recherche de solutions aux problèmes de santé. Les soins intégrés utilisent cette approche et s'engagent pour une plus grande participation des patients dans le système de santé.

Caroline Gurtner est spécialiste des sciences de la santé et des soins infirmiers et suit actuellement des études de doctorat à l'université de Maastricht, qu'elle devrait terminer en 2024.

Elle apporte une longue expérience professionnelle dans les soins psychiatriques, la recherche appliquée et l'enseignement, ainsi que dans le domaine d'activité d'une ONG spécialisée dans la politique sociale.

Ses activités de recherche et d'enseignement portent principalement sur les thèmes suivants : prise de décision partagée, centration sur la personne, implication de l'utilisateur, participation, community building, prévention du suicide et développement de la qualité. Caroline Gurtner a obtenu son master en sciences de la santé et des soins infirmiers à l'université de Bâle et dispose d'un CAS in Research in Applied Sciences de la Haute école spécialisée bernoise.

Dans le cadre de son activité indépendante, elle s'engage en tant que co-présidente de la société académique de soins psychiatriques, en tant que membre du conseil de fondation de la Fondation suisse EPI et exerce différents mandats pour des projets, des cours ainsi qu'une collaboration au sein de comités et de commissions.

Marc Cikes

Email : mark.cikes@fmc.ch
Linkedin : Mark Cikes

Marc Cikes est médecin et diplômé de deux CAS en économie et gestion de la santé de l'IEMS Lausanne.

Il a été directeur d'un laboratoire d'analyses médicales, cofondateur du centre médical de Renens et directeur adjoint de la succursale vaudoise du réseau de médecins Delta. 

Il participe depuis plusieurs années à la gestion de projets dans le secteur ambulatoire en Suisse romande.

Serge Bignens

Serge Bignens est professeur et directeur de l'Institut d'informatique médicale à la Haute école spécialisée bernoise (HESB).

Ses activités de recherche et d'enseignement portent sur l'autonomisation des patients chroniques, les Patient Reported Outcome Measures (PROMs), les applications mobiles de santé et les écosystèmes de données de santé.

Titulaire d'un MSc en ingénierie de l'EPFL et d'un MAS en économie et gestion de la santé de l'Université de Lausanne, il a travaillé pour des sociétés de services informatiques en tant que consultant et manager, puis pour une direction cantonale de la santé en tant que responsable de la cybersanté.

Serge Bignens s'engage en tant que membre du comité de Swiss Cancer Screening et de la Société Suisse d'Informatique Médicale, est membre fondateur de la coopérative MIDATA et de l'association ch++ et est expert en santé numérique auprès d'Innosuisse et du comité d'experts de l'OFSP pour la prévention dans le système de santé.

Nadja Blanchard

Responsable marketing & événements

Depuis l'obtention de son master en sciences sociales, Nadja Blanchard a travaillé en Suisse et à l'étranger dans différentes entreprises et organisations dans le domaine du marketing, des événements et de la communication.

Elle a complété cette expérience au cours des dix dernières années en conseillant des organisations à but non lucratif dans les domaines de la stratégie et du marketing.

C'est au contact d'un grand nombre d'organisations et de leurs défis actuels sur des sujets tels que la structure, le personnel et le financement qu'est né son intérêt pour le monde du travail 4.0, sur lequel elle ne cesse de se former. 

Oliver Strehle

Directeur général

Oliver Strehle a étudié les sciences sociales à Nuremberg/Allemagne et s'est installé en Suisse en 2006.

Pendant près de 13 ans, il a travaillé pour la société d'exploitation de réseaux de médecins MedSolution AG à Zurich, où il a dirigé le secteur d'activité Gestion des contrats et des prestations. Au cours de cette activité, M. Strehle a appris à connaître et à développer les différents domaines des réseaux de médecins, de la coresponsabilité budgétaire à la gestion des traitements, en passant par la gestion de la qualité, la transparence des soins et le développement organisationnel.

Jusqu'en 2020, Monsieur Strehle a été actif pendant 3 ans au sein du comité directeur de medswiss.net, l'association faîtière des réseaux de médecins suisses.

Depuis 2017, il est membre du conseil d'administration de mediX bern AG et, depuis 2020, propriétaire de la société de conseil IKUmed.

Annamaria Müller

Présidente

Nous avons l'un des systèmes de santé les plus chers, les meilleurs et les plus équitables au monde. Pourtant, nous avons du mal à proposer un système de santé continu et cohérent. Notre objectif est de changer cela.

Après avoir terminé ses études d'économie politique à l'université de Berne, Annamaria Müller a travaillé comme collaboratrice indépendante à la Conférence suisse des directeurs de la santé (CDS), puis comme collaboratrice scientifique à la Direction de la santé du canton de Zurich.

En 1997, elle est revenue à la CDS en tant que responsable du domaine de l'économie de la santé, avant de devenir secrétaire centrale adjointe.

En 2002, Mme Müller est devenue secrétaire générale de la FMH. De 2009 à 2019, elle a travaillé à la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne en tant que cheffe de l'Office des hôpitaux.

Depuis 2020, Mme Müller travaille en tant qu'indépendante avec sa société Amidea GmbH - New Health Care Solutions. Elle exerce différents mandats de conseil de surveillance et préside le conseil d'administration de l'HFR hôpital fribourgeois.